Martha ARGERICH et Stephen KOVACEVICH en concert à Lyon

Le mercredi 26 avril 2017 à 20h30


Programme du concert

Mozart
- Andante et Variations K.501
Debussy
- Prélude à l’après-midi d’un Faune
- En blanc et noir
Rachmaninov
- Danses symphoniques op.45

Martha ARGERICH

Martha ARGERICH

Pianiste mythique, Martha Argerich a toujours privilégié, au-delà de sa carrière de soliste, une démarche artistique où prévaut la convivialité, le sens de l’échange et du partage. Née en 1941 à Buenos Aires, ses dons musicaux sont remarqués très tôt au jardin d’enfants.
Considérée comme une enfant prodige, elle donne son premier concert à l’âge de trois ans.

En 1955, après quelques années d’études avec le professeur argentin Vincenzo Scaramuzza, elle se rend en Europe et étudie à Londres, à Vienne et en Suisse avec Friedrich Gulda - dont elle devient l’unique élève -, Nikita Magaloff, Madeleine Lipatti et Stefan Askenase. A seize ans, elle remporte coup sur coup les Premiers Prix des Concours de Genève et de Bolzano. C’est alors le début d’une carrière internationale et l’enregistrement d’un premier récital pour Deutsch Grammophon ; carrière qu’elle interrompt pourtant, n’étant pas satisfaite de ses interprétations musicales et des contraintes imposées par la vie de concertiste, mais qu’elle reprendra quelques années plus tard, en 1965, suite à son triomphe au Concours Chopin de Varsovie.

Depuis, Martha Argerich parcourt le monde. Invitée permanente des plus prestigieux orchestres et festivals d’Europe, d’Asie et d’Amérique, elle privilégie la musique de chambre, joue et enregistre régulièrement avec le pianiste Nelson Freire, le violoncelliste Mischa Maisky et le violoniste Gidon Kremer. Si son tempérament la porte vers les oeuvres de virtuosité des XIXe et XXe siècles, elle refuse de se considérer comme spécialiste d’un répertoire. Le sien est très étendu et comprend aussi bien Bach que Chostakovitch, Beethoven, Schumann, Chopin, Liszt, Debussy, Ravel ou Messiaen. Directeur artistique du Beppu Festival au Japon et du « Progetto » de Lugano, Martha Argerich s’entoure d’amis musiciens et d’artistes prometteurs auxquels elle apporte un soutien généreux.

Stephen KOVACEVICH

Stephen KOVACEVICH

Le pianiste américain Stephen Kovacevich a atteint une maturité artistique que ses années de jeunesse laissaient entrevoir. Ce disciple de la grande pianiste anglaise Dame Myra Hess, auprès de laquelle il s’installe après avoir quitté sa Californie à l’âge de dix huit ans, est d’ores et déjà entré dans la légende.

On lui doit des enregistrements de référence – Intégrale des Bagatelles et Variations Diabelli de Beethoven - dans lesquels il fait preuve d’une liberté de ton, d’une imagination toujours renouvelée et d’une clarté admirable des plans sonores.

Le pianiste fantasque qu’il était s’est mué avec le temps en un interprète au naturel et à la simplicité toute classique mais dont l’intériorité ne se départit jamais d’une exigence supérieure, comme en témoigne sa discographie récente (Trente deux Sonates de Beethoven, les dernières sonates de Schubert et les Concertos de Brahms avec le London Philharmonic Orchestra dirigé par Wolfgang Sawallish - chez EMI) qui lui vaut toutes les récompenses en Grande-Bretagne et en France. Pianiste de caractère, il révèle chaque oeuvre avec une sonorité pleine qui écarte toute trace de nervosité et d’impatience.

Son éclectisme avoué le conduit à aborder les compositeurs du vingtième siècle comme Bartok, dont il a enregistré les trois Concertos, et à créer des œuvres de Rodney Bennett et John Taverner qui lui sont dédiées. Autrefois partenaire en concert et au disque de la violoncelliste Jacqueline du Pré, il se produit aujourd’hui en musique de chambre avec Martha Argerich, Renaud et Gautier Capuçon, Emmanuel Pahud, Truls Mork, Sarah Chang... La direction d’orchestre fait partie de ses activités régulières, et l’amène collaborer avec le Los Angeles Philharmonic, l’Orchestre de Chambre d’Europe, le City of Birmingham Symphony ou encore l’Australian Chamber Orchestra dont il a été le principal chef invité.